Pour obtenir un changement profond et durable, il faut cerner la source de mes troubles

Angoisse, panique, manque de confiance en soi, colère, dépendance affective, dépression, trouble physique… La plus merveilleuse des méthodes thérapeutiques ne parviendra pas à vous libérer de vos troubles physiques ou psychologiques si l’on n’a pas au préalable cerné la source véritable de vos troubles et les freins corporels ou psychologiques qui ont fait échouer jusqu’à présent vos tentatives pour vous en libérer !


Identifier l’origine véritable de mes troubles

Pour vous permettre de vous libérer d’un trouble psychologique ou physique, une thérapie doit d’abord s’appuyer sur une « évaluation » approfondie de votre situation. Il s’agit tout d’abord de faire le point sur vos troubles corporels, émotionnels, cognitifs (croyances), comportementaux ou existentiels. Puis il conviendra de percer à jour les mécanismes qui sous-tendent ces troubles et la source de ces mécanismes. Les voies thérapeutiques se dessinent alors d’elles-mêmes.

Mais pour faire miroiter la promesse d’un traitement qui agirait en un éclair, certaines approches thérapeutiques font l’économie de ces étapes. Alors le thérapeute est tel un navigateur qui prétend tracer un cap vers sa destination sans même avoir déterminé sa position actuelle !

Pour pouvoir tracer un cap, il me faut tout d’abord connaître ma position

A court terme, ces approches qui se focalisent sur la disparition des symptômes peuvent avoir une certaine efficacité. Dans un établissement Suisse réputé, des femmes parvenaient ainsi à se libérer de troubles du comportement alimentaires (boulimie, addictions, phobies alimentaires…) par des traitements chimiques et/ou psychothérapeutiques préoccupés uniquement par la disparition des symptômes.

Une étude longitudinale devait cependant montrer que 70 % des patients débarrassés de leurs symptômes au moment de leur retour à domicile allaient entrer dans un état dépressif dans les 12 mois suivants! Ces personnes avaient trouvé dans leur comportement alimentaire une façon de faire face à leur angoisse. On les avaient soudainement privé de ce mécanisme de défense sans avoir pour autant éteint cette angoisse par une action sur sa source. Alors les patients ont trouvé un autre mécanisme de défense : pour la plupart d’entre eux, la dépression. On voit donc les grandes limites et les dangers de ces approches cosmétiques.

Dans le processus thérapeutique, il va donc falloir  identifier les mécanismes qui sous-tendent vos troubles et leur origine. Cette évaluation va constituer le socle sur lequel la stratégie thérapeutique va se développer. Cerner l’origine de vos troubles, c’est détenir la clef du changement physique ou psychologique auquel vous aspirez.


Identifier les résistances corporelles qui s’opposent à mon évolution

Le déséquilibre du système nerveux autonome. L’évolution psychologique est parfois impossible tant que certains verrous physiques restent actifs. Le premier de ces verrous, c’est le déséquilibre du système nerveux autonome (SNA). Le SNA fonctionne de manière automatique (autonome), sans effort conscient de la personne, afin de réguler les processus physiologiques internes. Il a un impact sur le rythme cardiaque, la pression artérielle, la digestion, la fonction sexuelle, la transpiration, le tonus musculaire… Sous l’effet d’une naissance difficile, d’un choc émotionnel intense ou encore d’une éducation assurée par un parent dysfonctionnel (traumatisé, dépressif, dévalorisant, autoritaire, fusionnel…), le SNA peut se maintenir dans un déséquilibre permanent.

Rééduquer le système nerveux autonome pour retrouver toutes mes capacités d’apprentissage

Chez certains, c’est l’accélérateur qui est trop enfoncé (branche sympathique). Ils vont alors se maintenir dans un état d’anxiété prononcée et d’hypervigilance. Le moteur tourne en sur-régime et s’épuise.

Chez d’autre, c’est le frein qui est trop activé (branche parasympathique) de façon chronique ou temporaire : ils manquent d’énergie physique et mentale, on une tendance au malaise vagal, un excès de salivation, une impression d’anesthésie sensorielle ou émotionnelle…

Outre les désagréments physiques qui vont s’ensuivre (troubles du rythme cardiaque, douleurs dorsales, troubles digestifs…), ce déséquilibre va fragiliser ma santé (altérer l’efficacité de mon système immunitaire par exemple) et diminuer grandement mes capacités d’apprentissage, autrement dit ma capacité au changement : je manque de calme mental, de détente corporelle, de sentiment de sécurité ou encore d’énergie.

Libérer, dans la musculature profonde, les tensions qui s’opposent au changement psychologique

Des tensions permanentes dans la musculature profonde. Après une expérience douloureuse ponctuelle (agression par ex.) ou prolongée (parents dénués d’affection ou hyper autoritaires) certains groupes musculaires  peuvent demeurer dans une tension chronique.

Interprétant cette tension qui perdure, le cerveau se croit toujours en danger et continue de commander au corps de se tenir dans un état d’hypervigilance, prêt à fuir ou à combattre. Tant que ces tensions se maintiennent, une évolution au niveau psychologique est très peu probable !

Dans le processus thérapeutique, on va s’efforcer de ramener rapidement le système nerveux autonome à l’équilibre et de le rééduquer par un véritable entrainement afin de ramener le corps dans un état favorable à la santé et de restaurer les ressources nécessaires à l’évolution. S’il y a lieu, des pratiques corporelles permettront de libérer les tensions dans la musculature profonde. Impossible de faire pousser une belle plante dans un sol trop compact et dont la fertilité est compromise.


Identifier les résistances psychologiques qui s’opposent à mon changement

Outre les phénomènes physiologiques qui s’opposent au changement, se manifestent parfois aussi des résistances psychologiques. Une partie consciente de moi souhaite changer/guérir alors qu’une partie inconsciente veut me maintenir là où je me trouve. Alors quelle que soit la forme de thérapie dans laquelle je m’engagerai, elle ne produira pas d’effet. Pourquoi cette résistance qui paraît si paradoxale ? Parce que mon trouble, mon symptôme, ma maladie peut m’offrir des bénéfices tangibles ou symboliques. Dès lors, ma peur de perdre ce bénéfice peut engendrer une résistance inconsciente à l’avancée du travail thérapeutique.

Prenons le cas de Florence : elle souffre de douleurs multiples et migrantes dans le corps et ce, depuis 5 ans. On lui diagnostique une fibromyalgie. Une part d’elle d’elle veut guérir, bien entendu. Mais une autre part, inconsciente celle-là, veut maintenir ce trouble. Il y a 5 ans, Denis, son mari l’a trompe. Il s’en excuse vaguement mais continue très vite à vivre comme si de rien n’était. Marie, quant à elle, est ulcérée par la légèreté avec laquelle son mari considère cet événement et surtout, la douleur qu’elle ressent. Cette douleur que Denis ne reconnait pas vraiment. La fibromyalgie va se développer sur ce ressentiment. Aujourd’hui, la maladie fait toujours souffrir Florence mais également son mari, peiné de la voir affligée par ce trouble. La fibromyalgie a été déclenchée par l’adultère mais c’est aussi une façon inconsciente de punir Denis. Laisser s’en aller la maladie, ce serait comme signifier un pardon que Florence n’est pas prête à consentir.

Dans le processus thérapeutique, on va s’attacher très tôt à identifier les éventuelles résistances inconscientes qui pourraient s’opposer au bon déroulement de la thérapie puis de les traiter (avant, par exemple, dans le cas de Florence, de traiter le trauma que représente l’adultère de son mari).


Des questions ? N’hésitez pas à nous appeler au  07 81 82 54 59

CABINET COAT / Psychothérapies brèves, Hypnose, Développement personnel 

Strasbourg centre : 2 rue de la brigade d’Alsace-Lorraine – 67000 Strasbourg

Colmar centre : 29 rue de la corneille, 68000 Colmar.

  • Thérapie Intégrative Avancée (A.I.T.),
  • Psychothérapie énergétique et cognitive,
  • Techniques de libération émotionnelle (E.F.T. clinique),
  • Techniques de traitement des séquelles somatiques du trauma,
  • Hypnose thérapeutique,
  • Hypnose générative,
  • Sophrologie,
  • Programmation Neurolinguistique (PNL),
  • Coaching génératif,

Prendre rendez-vous

Prenez rendez-vous à toute heure sur Doctolib.fr. En cas d’indisponibilité de notre part, laissez un message (nom et téléphone) et nous vous rappellerons rapidement. Les consultations se tiennent du mardi au samedi, de 9h00 à 18h00.