Le bon agriculteur commence par travailler la terre

La plupart des troubles physiques et psychiques s’accompagne d’un déséquilibre de l’activité de notre système nerveux autonome (SNA). Dans certains cas, c’est l’accélérateur (le système sympathique) qui est hyperactivé. Nous allons alors faire l’expérience d’un coeur qui a tendance à s’accélérer, d’une respiration courte, de douleurs musculaires, d’une transpiration abondante ou encore d’une grande irritabilité. Parfois, c’est le frein (le nerf vague ancien) qui est dominant, ce qui va se manifester par des problèmes digestifs fréquents après les repas, une tendance à la bradycardie (rythme cardiaque trop lent), une miction fréquente, la dépression ou l’angoisse…

Avant d’ambitionner une évolution au niveau psychologique, il est donc souvent indispensable de commencer par restaurer l’équilibre du SNA pour que le patient retrouve d’une part, un état général favorable à la santé (éteindre l’incendie) et d’autre part, les ressources indispensables au changement ou à la guérison : calme mental, détente corporelle, sentiment de sécurité, circulation d’énergie.

La cohérence cardiaque est un atout précieux dans cette phase. Ses effets sont maintenant bien connus et puissants. Lorsque le coeur entre dans un état de cohérence, il déclenche alors une cohérence au niveau de l’activité cérébrale : toutes les aires cérébrales se synchronisent, travaillent en coordination. Ce sont tous les systèmes physiologiques qui fonctionnent alors de façon optimale. Sont améliorées, par exemple, ma concentration ou encore mes capacités motrices. Une expériences menée aux USA à ainsi mis en évidence que la pratique de 5 mn de cohérence cardiaque permet à des basketteurs professionnels d’augmenter leur performance au tir au panier de l’ordre de 23 %.

Les bénéfices de la cohérence cardiaque

La cohérence cardiaque est un état particulier de la variabilité cardiaque qui entre en cohérence avec la respiration. Cet état très bénéfique apporte bien-être et optimisation de toutes nos performances physiologiques. Pour l’atteindre, il s’agit de pratiquer trois fois par jour une respiration particulière  (inspiration de 5 secondes et expiration de  5 secondes) et ce, pendant pendant cinq minutes.

Voici quelques uns des effets positifs de la pratique de la cohérence cardiaque :

  • Une augmentation de la DHEA (déhydroépioandrostérone), hormone qui sert à moduler le cortisol,
  • Une baisse du cortisol sanguin et salivaire, le cortisol étant une hormone sécrétée lors d’un stress,
  • Une augmentation des IgA (Immunoglobulines A) participant à la défense immunitaire,
  • Une augmentation de la sécrétion d’ocytocine. L’ocytocine joue un rôle dans la défense immunitaire et l’engagement social, la tendance à aller vers les autres,
  • Une augmentation des ondes cérébrales alpha favorisant la mémorisation et l’apprentissage,
  • Une action favorable sur de nombreux neurotransmetteurs, comme la dopamine et la sérotonine, prévenant l’anxiété et la dépression,
  • Une réduction de la perception du stress et une impression de calme.

Les effets bénéfiques commenceraient seulement après trois minutes de pratique et subsisteraient pendant quatre à six heures.